Histoire d’une pécheresse

Je suis marié avec Efi depuis longtemps et je veux vous partager l’une de nos expériences. Cette histoire est arrivée, il y a quelque années déjà. Mon épouse est voyeuse et exhibitionniste. Nous avons au fil des ans développé une complicité sexuelle sur tous les sujets. Cela dit, à l’époque je fréquentais régulièrement un copain prénommé Charles, un brun, bien musclé et boucher de profession. Il avait environ 30-35 ans.

Il me dit un jour que son rêve était de faire l´amour avec un couple, pour faire l’expérience du triolisme. Je restai bien excité par cette idée, déjà que ma femme était insatiable. Mon ami Charles usait depuis longtemps de ses charmes pour draguer mon Efi car je n’étais pas jaloux. Il lui faisait bien des éloges quant à sa beauté et à son corps sculptural. J´aimais qu´elle soit vêtue sexy : robe moulante, minijupe, string, etc. J´aimais que les gens se retournent sur son passage. Efi était vraiment très belle et elle adorait les hommes doté d’un gros sexe.

Le lendemain de la confidence, Efi et moi allâmes à la boucherie où travaillait Charles et comme d´habitude, elle était magnifique . Elle portait une robe légère, assez courte qui laissa le boucher médusé. Il resta un moment silencieux en ne cessant de la dévorer des yeux. Son regard brillait tellement d´envie qu’elle pouvait sentir son désir de la posséder. Ensuite il me chuchota en lui souriant qu’il avait une envie furieuse de la baiser sur le champ et que je ne méritais que ça !!
Efi m´avoua qu´elle était fasciné par le boucher, qu’elle le trouvait très sympa et attirant. Pour moi, il n’y avait plus de doute sur la relation de provocation mutuelle qui existait entre ces deux là. Je décidai de profiter de la situation et une idée diabolique me traversa l´esprit. Alors, je proposai à ma femme d´inviter Charles à un pique-nique, ce qu´elle accepta dans la seconde. Il y avait si longtemps que je rêvais d´un après-midi à la campagne. Ce soir là, Efi et moi fîmes l´amour intensément en pensant déjà à ce que pourrait être notre excitante rencontre du lendemain.

Il m´était venu à l´idée que le futur amant de ma femme aurait pu être ce Charles. Dès lors, j´échafaudai mon plan lors des rares moments privilégiés où elle acceptait mes scénarios. Elle devint terriblement excitée en me racontant à quel point elle fantasmait de le sentir lui lécher la chatte et le cul. Elle finit par me dire qu´elle accepterait de faire l´amour avec lui si c’était le bon moment et le bon endroit. Enfin le week-end arriva. Efi était magnifique. Elle avait revêtu une petite robe courte de coton rouge, des sandales de même couleur et, vu la chaleur du moment, elle ne portait qu´une minuscule petite culotte blanche de dentelle sans soutien-gorge sous sa robe d´été. La pointe de ses seins se dessinait très nettement à travers le fin tissu et les hommes qu´elle croisait sur la route ne manquaient pas de saluer sa beauté d´une regard admiratif et gourmand, malgré ma présence à côté d’elle. Sa courte robe laissait apercevoir deux cuisses fermes et bronzées. Elle portait les cheveux sur les épaules et ceux-ci, d´un blond foncé, reflétaient la lumière. Son maquillage discret ne faisait que souligner ses traits, ses yeux brillaient d´une façon un peu spéciale. Mais je ne pouvais expliquer pourquoi. Efi me dit qu´elle me réservait une petite surprise et qu´elle espérait ne pas me décevoir. C’est un peu intrigué que je rejoignis Charles qui nous attendait dans le parking.

Il embrassa Efi sur les joues et nous échangeâmes une franche poignée de main. Celui-ci nous regarda avec un certain étonnement qui se changea rapidement en sourire. Il y a longtemps que je savais que Charles excitait Efi. Déjà dans la voiture, le boucher ne pouvait quitter les cuisses d´Efi des yeux. Cela m’excitait beaucoup de voir mon copain désirer ainsi ma femme. Elle me regarda et je lui souris. Efi comprit alors que tout était permis. Ma main remonta sur ses cuisses les dénudant jusqu´à la culotte blanche de dentelle. Elle se tourna vers moi et murmura qu´elle nous désirait tous les deux. J´étais très excité. Ma femme put le constater alors qu’elle me prit le pénis à travers mon pantalon. Nous prîmes une piste dans la forêt avant de nous arrêter devant une cabane de berger, visiblement abandonnée. Nous rentrâmes dans la …

Lire la suite de l’histoire érotique

Laisser un commentaire