Ma première vraie sortie en fille – Repassage

Voici l’histoire de ma première véritable sortie travestie en fille, au cour de mes vacances dans un camping du sud de la France…

Bonjour

Depuis mon adolescence, je me sens fille, je ressens le besoin de me comporter comme telle.

Je portais les sous vêtements de ma mère que j’empruntais dans sa commode en son absence, puis je me contemplais dans le miroir de la salle de bain.

Plus tard, cette envie se concrétisait et je prenais du plaisir à porter jupes, robes, et à affiner mon apparence : rasage de près, maquillage et même une perruque en cheveux naturels que j’achetais par correspondance.

Bien entendu, tout cela se déroulait dans la plus haute discrétion, car je vivais chez ma mère, et elle n’étais pas au courant de mes penchants féminins.

Mais le temps passait et je rêvais de me retrouver dehors vêtue en femme, et de passer au milieu des gens afin de voir les réactions des autres mais également de me donner de l’assurance.

Après quelques tentatives de sorties très courtes (rues, jardin public) je décidais de franchir le grand pas et tenter une vraie sortie en public.

Il ne me restait plus qu’a définir quand et ou.

Cela se produisais au cour de mes vacances dans le sud de la France.

Je passais un séjour dans un terrain de camping en caravane.

En me promenant (en homme) je remarquais que le camping possédait une laverie avec des machines à laver ainsi que des tables à repasser.

Je me dit qu’il serais vraiment excitant de me rendre dans cette laverie vêtue en fille et de repasser du linge comme une femme.

J’aimais beaucoup repasser mes affaires, quand j’étais jeune, je regardais ma mère qui s’appliquait à lisser le linge, et j’adorais voir le linge fumant de vapeur à chaque passage du fer…

Depuis, c’est une tâche que j’aime accomplir, j’aime le contact de la poignée toute chaude, et faire glisser le fer en faisant de petits mouvements de droite à gauche.

C’était décidé… le lendemain matin, je me rendais au bloc sanitaire afin de m’enfermer dans une cabine lavabo et de me changer en fille.

Après une séance de maquillage parfaite et une perruque impeccablement posé et coiffée, je sortais de la cabine d’un pas hésitant.

Je portait une petite panière de linge sous le bras et je me dirigeais vers la laverie du camping.

Mon coeur battait très fort et en approchant, je remarquais des jeunes filles qui discutaient devant le bâtiment.

Ne surtout pas hésiter et avancer d’un pas décidé, mon coeur tapait dans

ma poitrine et j’avais si peur d’être démasquée…

L’entrée du bâtiment était à quelques mètres seulement à présent et je passait devant les jeunes filles qui ne prêtèrent pas attention a moi. OUF !

L’intérieur de la Laverie était très lumineux car les murs extérieurs étaient des baies vitrées, et l’on pouvais voir, comme être vue depuis l’extérieur.

En entrant, je remarquais une femme et sa fille qui attendaient la fin du cycle de leur machine en lisant une revue.

Un homme entassait du linge dans un sèche linge, pendant que je risquais un timide « Bonjour » en baissant la tête.

Je me dirigeais dans la salle de repassage juste à côté, et d’ou les gens pouvaient m’apercevoir. Je mis deux jetons dans le minuteur mural, ce qui me permettait de repasser pendant une bonne demie heure.

Je mis le fer à chauffer, et je me rendais compte que la situation, qui en plus de me terroriser,m’excitait fortement !!!

Je me mis à repasser avec application, le fer glissait tout seul sur le linge humide et je

sentait mon sexe grossir sous ma jupe car la chaleur de la vapeur qui passait sous la table à repasser remontait sous ma jupe et m’excitait de plus en plus.

Une femme entrait avec une robe sous le bras en me demandant le tarif des jetons.

Il fallait bien répondre, mais heureusement pour moi, j’avais une voix féminine à la base, ce qui me permis de lui dire que le monnayeur rendait la monnaie et distribuait les jetons pour le fer.

Après avoir récupéré ses jetons, la femme s’installait à la table voisine.

J’étais à la fois très excitée de sa présence, mais aussi rassurée de voir qu’elle me prenait pour une femme.

La conversation s’engagea, et elle me racontait qu’elle sortait ce soir avec des amies, et qu’elle n’avait pas penser à prendre son fer en partant en vacances, et que c’était une chance que cette laverie en soit équipée.

Tout en effectuant ma tâche je regardais du coin de l’oeil ma voisine, qui repassait sa jolie robe d’été avec beaucoup d’aisance.

Elle portait de superbes cheveux longs châtains, qui retombaient lorsqu’elle inclinait la tête, et les rejetaient en arrière d’un mouvement rapide… je trouvais la scène terriblement sensuelle.

Lorsqu’elle eu terminé, elle reposa le fer sur le talon et quittait la salle en me saluant, je lui souhaitait une bonne soirée et elle me remerciait avec un grand sourire.

Des gens entraient et sortaient de la laverie pour récupérer du linge sans prêter attention à moi et je me sentait bien, d’être considérée comme une femme…

Ma manière de repasser, mes mouvements, tout était naturel !

Je terminais également, et je sortais de la laverie avec ma panière de linge repassé sous le bras.

En marchant d’un air satisfait, je parcourais les allées du camping en direction du bloc sanitaire afin de redevenir « Garçon ».

J’entendais soudain une voix m’interpeller «  Bonne soirée »

C’était la femme qui avait repasser sa robe dans la laverie, et dont je passait sans le savoir devant son mobilhome.

Elle m’invita à venir prendre un verre…. et je refusais poliment afin de rentrer au plus vite.

De retour au bloc sanitaire, je redevenais homme et retournais à ma caravane, ma panière sous le bras.

Colynn.

Laisser un commentaire